La méthode PHI

La méthode PHI

L’Institut de Psychanalyse Humaniste et Initiatique est un lieu d’ouverture et de transmission d’une psychanalyse sinscrivant dans les différents changements des Paradigmes actuels

LES NOUVEAUX PARADIGMES SCIENTIFIQUES

Les approches Quantiques, des sciences cognitives (principalement la Conscience Intuitive Extraneuronale) et les découvertes de la biologie moléculaires (ADN….) viennent à la fois authentifier et compléter les concepts amenant une nouvelle pratique analytique, face à un Réel élargi.

LA REINTERPRETTIONS DES PARADIGMES TRADITIONNELS

Les nouvelles approches Energétiques et Informationnelles donnent un regard moins cultuel et culturel, permettant un pont possible entre la Psychanalyse et les traditions dite premières : (totémisme, chamanique, animisme, alchimique, bouddhiste, taoïste….)Ces Traditions Intègrent les aspects quantiques et psychiques du chamanisme, on pourrait comme le dit le Docteur O. Chambon parler de « Champ-man ».

Nous aborderons également ces concepts « premier » dans leur dimension Anthropologique et Ethnologique, à l’instar du Docteur Philipe Bobola qui éclaire l’approche Anthropologique grâce a la physique Quantique

Penser un cheminement possible entre la Psychanalyse et l’Imaginaire Quantique et biologique moléculaire :

Exemples de travaux au sein d’IPHI :

Les liens possible entre Transgénérationnel et mémoire ADN : « la transmission d’une mémoire génétique et psychique dans l’ADN ».

Le rêve au regard des nouveaux travaux sur la tripartition du temps… « Le rêve donne des réponses à des questions que nous nous sommes pas encore posées. » Tobi Nathan

Une psychanalyse Multiple prenant en compte la dimension Psychosomatique

La Place du Corps

Les concepts de psychanalyse dite corporelle s’intègrent et se complètent avec les apports traditionnels de la psychanalyse de Freud, Lacan,  Klein, Rank, Dolto, Winnicott et Jung. La dimension du Corps (à entendre  comme le moi, la Personnalité, l’Ego) englobe la conscience, les automatismes de défense et les somatisations.

Pour W. Reich, le corps, comme le psychisme, garde en mémoire ses traumatismes, qui forment un blocage musculaire  : « la cuirasse émotionnelle ».

Ferenczi est le premier psychanalyste à convoquer le corps et les émotions et à les avoir expérimenté en séance dans sa « technique active ».

La Place de l’Ame vient de psyché, parler du psychisme signifie parler du fonctionnement de l’âme.

L’Ame, selon les travaux de Jung, est à mettre en lien avec les archétypes ;

IPHI enrichit cette lecture  dans la compréhension des différents corps, dit subtils, et leurs interactions avec les émotions, les informations et la structure psychique.

La Place de l’Esprit,

Pensé comme  un vaste réseau informationnel et thérapeutique permettant au patient d’être acteur de son principe personnel de guérison et d’individuation (mise en perspective).

L’Esprit apporte à la démarche analytique une dimension spirituelle questionnant la souffrance psychique sur un autre plan. Une psychanalyse spirituelle au lieu de se limiter à une seule lecture, a pour fonction d’autoriser le lien entre les nouvelles approches scientifiques et les Traditions.